BIO

Details

Un parcours inhabituel :
Enfant, Patricia Méaille se sentait invisible. Tout autour d'elle était triste, laid, dur à porter... Un jour, alors qu'elle n'avait que 11 ans, elle reçut un magnifique  cadeau : son premier appareil photo. C'est alors qu'elle  décide de créer et montrer un monde où elle  se sentirait bien. Son destin est en marche.

Née en 1963 dans une famille très modeste, Patricia Méaille a grandi loin des galeries d'art, mais son empathie pour le monde qui l'entoure et sa recherche pour la beauté, même dans les lieux les plus laids, marquent son approche du monde et forment son regard. 

Elle débute sa carrière dans la photographie à 18 ans en tant que photographe d'hôtels et de clubs de plage. Cette première expérience lui montre tout le chemin qu'elle doit  encore parcourir. Persévérante, elle va donc se perfectionner au sein de  l'école du Créar, puis auprès de Pierre Baud et de son photographe Luc qui, après la technique pure et théorique, vont l'initier à  la maîtrise de la lumière, du cadrage, et de la composition d'une photo réussie...


Mais Patricia Méaille aime trop l' humain pour rester enfermée dans un studio... C'est pourquoi elle revient dans sa région natale des bords de Loire, pour se trouver et se découvrir, se rendre visible. à elle-même.

 

Un mode d'expression à nul autre pareil :

Plus que par les mots qui lui échappent dans sa contemplation du monde, Patricia Méaille a choisi d'emblée d'exprimer ses sentiments , son ressenti par l'image. La photographie est son mode d'expression. L' image, la belle image, lui a permis de sortir de son « milieu naturel » qui l'étouffait,  l'enfermait, et de partir à la rencontre des autres tout en se découvrant elle-même. Elle parle par l' image, car chez elle elle n'avait pas le droit à la parole...

 

Lorsqu'une situation, un instant dans la journée, un lieu, provoque en  elle un état émotionnel fort, seule l'image lui permet de l'exprimer. Les mots se dérobent. La photo

reste, parle.


"Je suis devenu photographe car la photo a rendu ma vie plus belle. Elle m'a permis, dans un monde où je me sentais invisible et inaudible, d'exprimer mes sentiments, de dévoiler les choses cachées, de révéler la beauté, de mettre à nu des émotions..."
P.Méaille.


Révéler l'invisible
Dans sa démarche artistique, quelques maîtres mots reviennent comme un leitmotiv : émotions, beauté, rendre visible l'invisible, présence et absence, espoir, paix intérieure...

 

Pour Patricia Méaille, il faut faire de belles photos, même si un lieu est hideux, il faut qu'il y ait de la beauté dans chaque cliché. (voir "Intérieur oublié"). Dans cette série, la présence des personnes, comme tant de personnages qui hantent les photos, est rendue présente à travers les objets du quotidien, et leurs lieux de vie… La présence de "l'invisible" et de la beauté sont toujours soulignés, exposés par la lumière. Chaque photo et thème abordé est influencé par l'humeur du moment.

Sa démarche actuelle, toujours ancrée dans l'observation et la transition, est attirée vers les entre-deux qui nous fascinent, lieux de passage, ou  passage d'un état à un autre… L'île de Robinson, la tour d'ivoire ou Thébaïde, vide ou vivante , un lieu à la fois fermé et ouvert, isolé et pourtant relié au reste du monde... Un lieu intermédiaire entre la rive et le milieu du fleuve, qui ne cesse de regarder.

Vivre caché pour vivre heureux ? Ou risquer d'être pris dans un monde instable et indifférent ? Toutes ses questions sont abordées par son travail actuel, reflétant sa soif de rencontres et d'émotions.

 

Un style, des Maîtres  :
Dès ses premières images, Patricia Méaille est influencée par son propre vécu.

Elle porte beaucoup d'attention à l'être humain. En cela, elle se rapproche du courant humaniste. Les artistes qui ont le plus influencé sa vision photographique sont Robert Doisneau, Willy Ronis, Reza, Jonas Bendicksen, Martin Parr et Steve McCurry.

 

C'est grâce au Maître Ronis, qui la reçu à plusieurs reprises, que Patricia Méaille a pris confiance en elle et s'est révélée à elle-même et aux autres.


" Merci Patricia pour cette visite qui, outre le plaisir qu'elle m'a apportée de commencer à vous connaître, m'a dévoilé votre regard sur des   sujets variés, enrichis par une sensibilité vive et subtile. Avec amitié.Willy RONIS "   

Issue d'un milieu modeste, longtemps Patricia Méaille n'a pas eu confiance en elle et en ses capacités. Ce sont des rencontres avec des personnes hors normes, qui lui ont permis de sortir de l'ombre et de prendre son envol... Le premier à l'encourager, Cavanna, fondateur de Charlie Hebdo, séduit par son travail et sa personnalité, préface ses ouvrages et ses expositions. ... Wolinski dit de son portrait : « C'est un Rembrandt ! ». Et Anna Gavalda l'encourage à persévérer et parle de ses photos comme d'une "invitation au bonheur".

 

"J'allais alors, comme aimantée, vers la beauté, vers la lumière..."
P. Méaille

Expositions

« Chez Charlie Hebdo », château de Montsoreau

2004

 

 Festival international de la photo     

 sociale(PHOTSOC), Sarcelles 


2006

« Les chambres à coucher des Français », château de Montsoreau


2005

« Les chambres à coucher des Français », Maison du Patrimoine, L’Haÿe-les-Roses 


2009

Les photographies de l’année 2010,  Hôtel du Département de l’Orne à Alençon – 3e Prix
(catégorie  Paysage - )

2010



 

Photos de plateau cinéma, court métrage « un beau matin » de Slony Sow
au château de Saumur

2012

"France"

Wystawa fotografii Patricii Méaille

Gdansk, POLAND

15/01/2016

« François Cavanna », musée de Nogent sur Marne

2010

 Hommage à Cavanna,

 Bibliothèque Cavanna, Nogent sur   

 Marne.

2014